FILLON NE PARVIENT PAS A "RATTRAPPER", DUPONT-AIGNAN ATTEINDRA PEUT-ETRE LES 5% TANDIS QUE MELENCHON DEVANCE DESORMAIS HAMON

Publié le par CASTELMAURE

Il faut croire que les grandes chaînes appartenant aux amis d'Emmanuel Macron, en plus de financer la diffusion des informations à potentiel judiciaire des candidats expliquant une "inégalité de traitement inédite" (que l'affaire Leroux ne change que pour les imbéciles, ceux qui n'ont pas compris qu'ils soutenaient un Macron sur lequel il y aurait pourtant beaucoup à dire du point de vue judiciaire et des fonds publics), financent en outre les institut de sondage.

 

En effet, malgré la prestation médiocre de l'ami de l'homme d'affaires Draghi, grâce à qui ce dernier a pu acheter le groupe "SFR" (RMC, BFM TV, Libération) au moment où il était secrétaire général adjoint de l'Elysée au premier grand débat, les sondages le donnent désormais la Matrice devant  Marine le Pen au premier tour et, encore moins crédible, écrasant cette dernière au second tour bien plus facilement que l'ancien Premier Ministre de Nicolas Sarkozy (alors qu'il ne bénéficierait ni de l'électorat  conservateur ni de l'électorat de "gauche dure"). Les sondages ayant un côté "prophétie autoréalisatrice" et les fillonistes persévérant encore dans le positionnement "droite/gauche" qui a fait le succès de leur champion aux primaires de "la droite et du centre" alors que Mélenchon devance désormais Hamon, les choses deviennent clairement compliquées pour François Fillon à moins qu'il ne parvienne à prouver à son électorat que Macron lui est "détestable" (le problème de l'électorat conservateur est qu'ils peuvent ramener les questions sociétales et migratoires à la sphère privée s'ils sont rassurés sur le maintien du système économique actuel).

En revanche, Nicolas Dupont-Aignan a réussi son coup puisqu'il apparait alors en mesure d'atteindre le seuil de remboursement des frais de campagne de 5% ce qui lui permettrait de jouer un rôle dans la "recomposition de la droite" à venir dont il se maintient officiellement en dehors mais que, en raison de son positionnement subtilement différencié (sur les questions européennes et migratoires) par rapport à Marine le Pen, il semble souhaiter désormais.

Commenter cet article