LA "DROITISATION" ELECTORALE DONT MEME FILLON A PRIS ACTE: UNE MONTEE EN PUISSANCE DE L'ELECTORAT DROITIER

Droitisation croissante des électorats UMP et FN

Par Isabelle Ficek | 17/09 | 06:00

Une étude Ifop pour la Fondation Jean Jaurès souligne, plutôt qu'une fusion, une droitisation simultanée des électorats UMP et FN.

Droitisation croissante des électorats UMP et FN

« Porosité », « proximité », « fusion », « siphonnage », « digue rompue »… Ces mots reviennent régulièrement dans le débat public à propos de l'UMP et du FN, à chaque fois notamment que le parti d'extrême droite connaît une nouvelle dynamique dans les votes et les sondages. Mais, plutôt qu'à un phénomène de fusion des électorats UMP et FN, c'est à un déplacement de leur centre de gravité vers la droite auquel nous assistons, estime une étude de l'Ifop pour la Fondation Jean Jaurès (proche du PS), qui se penche sur les valeurs et l'évolution du rapport au monde de ces électorats depuis 2007.

Les auteurs de ce document, Jérôme Fourquet et Marie Gariazzo, pointent le «  tropisme droitier qui affecte la base militante UMP », révélé notamment par le résultat des motions au sein de l'UMP en novembre dernier (Droite forte en tête) et par la part croissante des militants favorables à des alliances avec le parti d'extrême droite pour les scrutins locaux. Ils relèvent, entre 2007 et 2013, parmi les points de porosité entre les deux électorats, les thèmes du pouvoir d'achat - préempté par Nicolas Sarkozy en 2007 et récupéré par Marine Le Pen en 2012 -, comme celui de l'assistanat. Des rapprochements sémantiques qui ont donné l'impression que les deux partis parlaient de plus en plus la même langue et qui se sont accompagnés du rapprochement sur le terrain d'une série de craintes : demande de protection vis-à-vis du monde extérieur, inquiétude face au déclin de la France et aux rapports de force « entre les immigrés et les autochtones », etc.

 

J'ajoute à cela que la problématique de l'assistanat, réconciliant certain "libéralisme" bien conscrit et "patriotisme" n'est pas suffisemmanet valorisée dans cette dichotomie; c'est pourtant elle qui permet cette porosité...