Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

LIBERTE POLITIQUE: ALLAINCE DU FN MARIONNISTE ET D'UN "TEA PARTY REPUBLICAIN"? PAS ABSURDE MAIS IL FAUT ATTENDRE LES PERSPECTIVES DE CONSTITUTION DES DIFFERENTS GROUPES, CESSER D'OPPOSER LA SOUVERAINETE Y COMPRIS ECONOMIQUE ET L'IDENTITE ET SURTOUT NE PAS OUBLIER NICOLAS DUPONT-AIGNAN, A NOUVEAU EN MESURE DE PESER

Publié par CASTELMAURE

Cet article comment peut-être l'erreur de surestimer les préoccupations "identitaires" d'un électorat "conservateur" vivant dans les quartiers préservés de l'immigration voire se satisfaisant de la politique européenne en la matière qui ne le touche pas vraiment. C'est pourquoi un véritable "euroréaliste" qu'est Nicolas Dupont-Aignan, moins effrayant pour les députés "Républicains" déçus qu'une Marine Le Pen diabolisée comme son père mais à partir d'un sujet différent (la sortie de l'euro) pourrait faire l'affaire comme "aiguillon" du futur groupe, d'autant plus que "Debout la France" touchant finalement une subvention lui permettant de rembourser les frais de campagne présidentielle, il est en mesure de négocier. Si Louis Aliot parvient en revanche à constituer un groupe autour du "Front national", avec ou sans Nicolas Dupont-Aignan (on voit mal "sans" quand même mais l'oublie de la préoccupation de "souveraineté" pourrait paradoxalement conduire à l'oublier"), cette proposition ne sera intéressante qu'en externe à la droite nationale, à la rigueur avec Emmanuelle Ménard mais il ne faudra pas s'attendre à de grandes préoccupations "identitaires" alors ni surtout à une exigence à ce que la France reprenne la question "migratoire" en main. Par contre, la question "identitaire" pourrait se poser alors avec les députés "régionalistes" de droite (au moins l'un des trois Corses) ou avec...un Jean Lassale ayant bénéficié du report de voix régionalistes béarnaises voire indépendantistes basques.

 

 

Alliance d’un FN marionniste et d’un Tea Party républicain

Article rédigé par Marc Rousset, le 22 juin 2017

  •  
  •  
  •  
  •  
Alliance d’un FN marionniste et d’un Tea Party républicain

Quant au FN, il doit se trouver un nouveau chef.

Face à l’immigration de masse et à l’islam, les responsables politiques de droite ont été aussi aveugles pendant cette dernière campagne électorale que les pacifistes face à la montée en puissance de l’Allemagne nazie de 1930 à 1939, d’où « L’Étrange Défaite » parfaitement compréhensible et expliquée par Marc Bloch.

Au lieu de nous parler d’immigration, de terrorisme et de dangers sociétaux, ils nous ont parlé de souveraineté, d’économie, de CSG et de l’euro. L’incompétence de Marine le Pen face à Macron pendant le débat télévisé et le manque flagrant de convictions des Républicains ont eu pour conséquence un écœurement, une démobilisation des électeurs patriotes. Tous les partis de droite, FN compris – ce qui est un comble -, ont parlé, pour le grand bonheur de Macron, de tout dans cette campagne, hors du seul sujet courageux qui fâche et gros comme une maison : l’immigration !

Macron a pu ainsi illusionner les moutons et les autruches, prêcher le « vivre ensemble », le « pas d’amalgame », « l’islam de paix et d’amour » tandis que les attentats se multipliaient à Londres et à Paris.

Quelle est, en effet, l’urgence pour les Français ? La réforme du Code du travail, des lois moralisantes inefficaces pour la galerie ou les bombes terroristes, l’islam et l’invasion migratoire ?

Le pouvoir du joueur de flûte Macron est cependant plus fragile qu’on ne le pense car il repose sur une pyramide renversée de députés majoritaires à l’Assemblée nationale avec une pointe fragile de seulement 24 % des votes au premier tour.

Il serait donc salutaire qu’il y ait une scission chez Les Républicains avec de nouveaux leaders de conviction tels que Laurent Wauquiez ou Bruno Retailleau. Les LR de conviction se doivent de créer un nouveau « Tea Party » gaulois.

Quant au FN, il doit se trouver un nouveau chef, tout en commençant par écarter Philippot, responsable de l’erreur stratégique de son parti, et de plus battu aux élections. Le FN doit aussi clarifier sa position sur l’Europe, changer son programme économique et renoncer à la sortie de l’euro.

Pour couronner le tout, la droite républicaine de conviction et le Front national devront passer ensuite une alliance semblable à celle passée du PS et du PC, qui a eu pour conséquence l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1981.

L’avenir, c’est une alliance électorale entre un nouveau chef du style de Marion Maréchal-Le Pen au FN et Laurent Wauquiez chez Les Républicains. Marion, selon ses propres dires, serait partante