UNE PARTIE DE LA DROITE POPULAIRE JOUE COPE EN ATTENDANT DE DEFINIR UNE NOUVELLE POSITION

Publié le par CASTELMAURE

           Il semble que Jean-François Copé, actuel secrétaire général de l'U.M.P. soit plus "ouvert" aux légitimes préoccupations de l'électorat droitier que l'ancien Premier Ministre François Fillon, du moins ce constat semble pertinent au niveau de leurs entourages respectifs même si François Fillon s'est entre-temps "parisianisé"  tout en répliquant justement à Chantal Jouanno à propos des questions de sécurité et d'immigration.

Je viens d'apprendre que l'U.M.P. allait déposer une proposition de loi pour réguler l'Aide Médicale d'Etat dont le forfait de 35 euros a été stupidement, en pleine période de nécessaire restriction budgétaire (sic!) supprimé par le nouveau gouvernement. Il sera intéressant d'étudier le vote des différents parlementaires appartenant à l'ancienne majorité (en fonction des différentes tendances dont on imagine bien que ceux de la "Droite Populaire" mais aussi le filloniste Eric Ciotti devraient soutenir) mais tout aussi intéressant d'étudier le vote de Gilbert Collard et de Marion Maréchal-Le Pen afin d'évaluer le degré de "constructivité" de la position du Front national. Sachant qu'une absence de députés de gauche pourraient (sait-on jamais), permettre l'application de cette proposition de bon sens.

                   Quoiqu'il en soit, Jean-François Copé écarte pour l'instant l'idée d'accords avec le Front national, ce qui est dommage en soi mais doit être relativisé en raison de l'exigence nouvelle de réciprocité concernant la gauche d'application du "ni-ni" avec les communistes et le Front de Gauche et, surtout, de l'absence d'intérêt de cette alliance au cours des années à venir sachant que les inévitables difficultés budgétaires de la gauche au pouvoir la rendront rapidement impopulaire et discréditée. Reste la questions des élections locales de 2014 mais, en fait, seules les élections régionales dans la région P.A.C.A.-où la Ligue du Sud pourrait jouer un rôle en fonction des moyens dont dispose désormais le clan Bompard dans le Vaucluse- pourraient voir la victoire de la gauche en raison de l'absence d'accords mais, là aussi, la droite n'a rien à perdre et l'affaire du désistement de Roland Chassaing en faveur de la candidate frontiste face au président de région Michel Vauzelle, finalement réélu sans avance confortable, prouve que la question n'est pas complètement tranchée au niveau des cadres locaux de l'ancienne majorité.

La droite n'a finalement rien à perdre aujourd'hui et peut même assumer le luxe des propos irresponsables de l'ancien Président de la République concernant la Syrie en en tirant le bénéfice au niveau du soutien des milieux atlantistes tout en recherchant une position "droitiére" et euroréaliste.

                            Mais si cette position n'avait finalement pas lieu soit conséquence de la victoire de François Fillon-et de son entourage- soit de le caractère purement "opportuniste" du soutien de  Copé à la Droite Populaire?

Rappelons que la Droite Populaire dispose encore d'assez de députés pour constituer un groupe à l'Assemblée Nationale (après les investitures aux élections locales?), qu'elle peut toujours ajouter à ce nombre Véronique Besse qui s'y est déclarée ouverte, le nouveau député vendéen Yannick Moreau ainsi que Jacques Bompard.

Rappelons surtout que la cure d'opposition face à une gauche autant gauchiste que mondialiste (rappelons la question de la "T.V.A. sociale" qui seule aurait permis de taxer les produits d'importation) peut être profitable à une droite sûre de ses valeurs comme la liste Pasqua/Villiers aux européennes de 1999 a semblé le démontrer.

En attendant, le contexte économique et social va aussi bien déligitimer la gabegie socialiste que légitimer le protectionnisme et c'est exactement ce qu'attend l'électorat droitier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article