SONDAGE DONNANT MARINE A 23%: POSSIBLE UNIQUEMENT SI L'ON ADMET L'HYPOTHESE D'UNE SORTIE DU "HORS SYSTEME" DU FRONT NATIONAL

Publié le par CASTELMAURE

Cela devait arriver: un sondage plus ou moins crédible (cela dépend de l'abstention) donne maintenant Marine Le Pen en tête à 23%, devant  Nicolas Sarkozy et Martine Aubry à égalité à 22%.

Outre la fiabilité d'un sondage donnant Marine dès le premier tour à un niveau nettement supérieur à celui de son père au second tour, et ce que je pense de la possibilité de candidature d'un "D.S.K." qui aura au cours des prochains mois un pouvoir bien supérieur en tant que président du F.M.I. qu'en tant que Président de la République Française, il faut remarquer que, contrairement au "21 avril 2002", on ne peut prévoir "à qui profitera" ce phénomène puisqu'on ne peut pas savoir s'il s'agirait d'un 21 avril-bis "à l'endroit ou à l'envers". Et donc qui donnera les fameuses "signatures" à la benjamine du Menhir!

 

Il reste que Marine Le Pen bénéficie pour l'instant d'une bonne couverture médiatique, d'une certaine déception de l'électorat "droitier" devant la portée réelle de l'action gouvernementale (il faut préciser à ce sujet que, face à la crise qui empiette la capacité d'action des pouvoirs publics au point de rendre démocratiquement insupportables les mesures qui s'imposeraient et leurs conséquences) et probablement surtout d'une image favorable pour un électorat  droitier qui la voit peut-être comme un Bruno Mégret-bis, le charisme en plus, étant donnée son absence de "dérapage" sur les sujets fâcheux et sa tentative d'implantation à Hénin-Beaumont qui lui profite paradoxalement étant donné l'échec des dissidents et le départ de ceux qui avaient réussi entre la fin des annes 90 et le début des années 2000, notamment dans le Sud-Est.

 

Si l'élection avait lieu demain, je dirais pour ma part que je ne voterais pas pour elle dès le premier tour mais que je lui laisserai sa chance au second tour car rien ne serait pire qu'un résultat équivalent aux deux tours comme en 2002, même si cela avait favorisé par contre-coup" l'émergence d'un courant "droitier" de la majorité qui ne s'est  véritablement autonomisé et organisé que ces derniers mois avec "Droite Populaire".

 

Mais l'élection a lieu dans encore plus d'un an et il importe pour les observateurs de la mouvance "droitière" à observer chacun de ses positionnements et aussi...d'étudier à fonds les résultats des candidats frontistes aux élections cantonales qui se dérouleront dans quelques jours sachant qu'ils impacteront nécessairement celui des élections législatives de 2012 (déterminantes pour le financement du parti sans parler d'éventuelles élections de députés) et des élections territoriales de 2014 (déterminantes pour la survie du Front national au niveau local).

 

Soyons clair, l'électorat droitier  sans lequel ne peut se réaliser un tel résultat pour Marine Le Pen attend autre chose que la poursuite de l'absurde posture  "hors système" pour laquelle il a déjà donné  (en partie en 2002 notament en raison de l'affaire Pasqua) et l'abandon de cette posture implique nécessairement aussi bien l'abandon des dérapages (ce qui est déjà le cas) mais aussi et surtout la mise en place d'une vraie politique d'implantation territoriale (avec qui?) et, ce qui reste de lui être corrollaire, la levée du tabou des accords avec la droite institutionnelle sachant qu'une partie des réseaux "droitiers" ne peut pour l'instant que rester dans son giron et que le seul résultat de Marine à la présidentielle si elle n'a aucune chance d'être élue n'a pas plus d'intérêt que celui de son père en 2002 pour les idées de la "vraie droite".

Commenter cet article

BT 11/03/2011 13:26


Bien sûr, on ne peut plus exclure, compte-tenu de l'aggravation de la crise économique et de l'incertitude "D.S.K." l'hypothèse où le Président de la République miserait sur un 21 avril..à
l'endroit!