POUR TROIS RAISONS, JE PEUX ME PERMETTRE DESORMAIS DE VOTER MARINE, MAIS EN GARDANT NDA EN RESERVEE ET EN VOTANT POUR LE PRESIDENT SORTANT AU SECOND TOUR

Publié le par CASTELMAURE

                 L'élection de François Hollande serait (et je le crains sera) catastrophique mais je crois aussi que Nicolas Sarkozy devra en tirer les conséquences, pas sur les réformes nécessaires comme les retraites mais plutôt sur ce que son électorat a des raisons de ne pas trop comprendre : pourqu'il a-t'il dépensé au moins autant d'énergie dans les inutiles plans d'aide à l'euro (et à la Grèce) ou en Lybie au lieu de dépenser la même énergie  prendre des mesures contre l'insécurité et pour le "made in France", la crise n'explique pas tout et était d'ailleurs prévisible (elle était annoncée par Jimmy Goldsmidit dès 1994!)

 

Ce qui fait en soi la faiblesse de Nicolas Sarkozy à savoir l'accaparement de l'U.M.P. à son profit en période difficile-on l'a vu avec le succès de candidats "dissidents" aux dernières élections cantonales- fait malgré tout se force en période de "vaches maigres" car personne n'incarne réellement l'alternative "à droite"  -il est singulièrement dommage que "l'électorat droitier" n'ait plus de représentant depuis l'infortuné mais corrompu Charles Pasqua- d'où peut-être le progrès important de l'abstention déjà constatée aux dernières élections locales.

 

Je l'ai déjà dit, je me félicite tout de même du discours de Villepinte ainsi que de la "T.V.A. sociale" avec maintien du taux réduit pour les activités non délocalisables comme véritablement contournement à la bureaucratie eurocratique qui n'ont pas peu contribué au "décollage" du Président  qui suffirait au moins à assurer sa qualification au premier tour aujourd'hui acquise ; du coup, comme ce n'est pas réellement une mesure protectionniste-je m'étais engagé à soutenir Sarkozy dès le premier tour si cela avait été le cas tandis que, en l'espèce, je me limiterai au second tour- et me risquerai peut-être à accorder un crédit de "dédiabolisation" à Marine Le Pen, justement parce que son élimination est aujourd'hui acquise et que l'on peut essayer de favoriser malgré elle un report de son électorat vers le Président sortant au second tour.

Sur le fonds, très peu convaincu-comme une partie de l'électorat "droitier" manifestement-  par certaines de ses mesures "socialisantes" irresponsables comme le retour de la retraite à 60 ans comme par la "budgétisation" des moyens accordés à la justice et aux forces de l'ordre, je pense sain que la question du "droit du sol" comme celle des "droits de douane, ainsi que celle pas si accessoire que cela du déremboursement de l'avortement "de confort" car la Sécurité Sociale n'a pas à rembourser l'hédonisme dans une période de nécessaire austérité soient clairement posées et je conserve de toutes façons "en réserve" le vote "Nicolas Dupont-Aignan"" au cas où elle dérape (dont le refus de consigne de vote ne permet pas en soi de lui accorder une "valeur ajoutée" par rapport à Marine) ne serait-ce qu'une fois avant le scrutin, chose toujours possible, sans parler d'un risque de disqualification du Président sortant à laquelle je ne crois.

 

Surtout, un résultat de Marine Le Pen supérieur à 15%-même et surtout avec un fort taux d'abstention- "obligerait" le Président sortant à droitiser énormément  sa campagne de l'entre-deux-tours tout en critiquant énormément l'idéologie socialo-hollandaise d'autant plus que l'apparition de l'ancien député européen pasquaïen Paul-Marie Couteaux reste la garantie de son "ouverture" potentielle-en principe- à l'égard des personnalités de l'aile droitière de l'actuelle majorité, une petite concrétisation formelle de sa "dédiabolisation".

Bref, il faut travailler à un report massif d'électorat Marine Le Pen vers Nicolas Sarkozy et je m'applique cette consigne à moi-même.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article