L'AFFAIRE GUILLAUME DE VILLIERS: EVENTUELLES CAUSES ET PROBABLES REPERCUSSIONS POLITIQUES ?

Publié le par CASTELMAURE

Au moment de souhaiter à tous mes lecteurs une bonne et heureuse, dans la mesure du possible, année 2011, il ne me semble plus possible de refuser de prendre position sur un évènement familial majeur qui a touché le fondateur du Puy-du-Fou et ancien président du conseil général de la Vendée.

 

Il n'est pas question pour moi de prendre position sur le degré d'exactitude des faits reprochés à Guillaume de Villiers à l'encontre de son frère Laurent, qui doit maintenant relever de la seule justice, mais d'en analyser les éventuelles causes et les probables répercussions politiques.

 

Quoique j'ai pu reprocher à Philippe de Villiers et à son amateurisme stratégique au cours des dernières années et notamment au cours de la (trop) longue campagne présidentielle 2005-2007, je dois dire que ma pensée est de tout coeur avec les victimes de la tragédie ainsi qu'avec ceux qui, tels le Secrétaire Général du M.P.F. Patrick Louis, s'emploient à excuser ainsi l'éclipse politique de leur chef que, contrairement aux tenants du "hors système", j'ai expliqué comme étant la conséquence directe de cet amateurisme.

Il va de soi aussi, puisque l'affaire est mentionnée à cette occasion, que je maintiens mon soutien à celui que l'on a pu appeler le "Brutus du Bocage" et qui est certainement le premier à souffrir de cette appellation injurieuse en l'occurence le sénateur et actuel président du conseil général de la Vendée Bruno Retailleau, qui aurait pu devenir la fameuse "caution" souverainiste "traditionnelle" qui manquait au Gouvernement Fillon ce qui, avec une "caution" droitière comme Thierry Mariani aujourd'hui, aurait pu favoriser une aile droitière souverainiste, ou plutôt "euroréaliste" qui aurait pu se situer à la charnière de la majorité et de la droite nationale "hors système" comme aurait pu l'être aussi le Rassemblement Pour la France issu du triomphe de la liste Pasqua/Villiers en 1999.

 

Pourtant, je pense que l'acharnement inutile que l'on peut rencontrer à droite comme à gauche à l'encontre de ce qui aurait du rester un "drâme familial", même si celui-ci aurait du contribuer à inciter Philippe de Villiers à renoncer à sa catastrophique aventure présidentielle de 2007 qui seule explique son éclipse politique actuelle, traduit en soi-même une certaine culpabilité car, finalement, si le "vicomte" est bien mort politiquement, à quoi sert-il de s'acharner sur son cadavre comme le feraient des charognards politiques en recherche des "miettes" consistant aussi bien en des "souverainistes" jacobins à la sauce "NDA" qu'à des "racialistes" extrêmistes à la sauce "Robert Spieler" ayant simplement cru l'islamisation comme stratégie payante?

La tentative de "récupération" de ce qui reste du M.P.F. se comprend encore moins de la part de Marine Le Pen, qui refuse aussi bien les soutiens groupusculaires de son rival Bruno Gollnisch que les "réseaux" droitiers de l'aile droite de la majorité dont elle aurait besoin pour valider la stratégie de "dédiabolisation"? En admettant que le caractère "particulier" des élections européennes de 1999 et aussi de 1994, ces dernières rassemblant une aile "conservatrice" ajoutant l'anti-mitterrandisme à l'effet "non à Maastricht",  Philippe de Villiers n'a en 2007 dépassé la "barre" des 2% que dans son fief vendéen et ses pourtours immédiats (même si cela avait pu le décevoir aussi bien que le résultat du referendum!), région où le Front national n'a aucune chance de prospérer que ce soit dans sa version "classique" comme dans sa version" moderne" "populaire". D'ailleurs, Marine ne joue-t'elle pas plutôt la carte de l'icône médiatique? De toutes façons, les anciens militants M.P.F., aussi bien ceux de l'ancienne génération que ceux issus de la fabuleuse campagne referendaire de 2005, apparaissent échaudés et bien peu prêts aujourd'hui à rallier un nouveau "deus ex machina", à quelques juvéniles exceptions prêts abusivement répercutés sur le Net et, pour les "souverainistes" pur jus, il reste toujours l'énigmatique Nicolas Dupont-Aignan comme "recours".

 

Indépendement du problème "éthique", il apparaît surtout que cet acharnement de ses rivaux par rapport à Philippe de Villiers-Patrick Louis sera bien obligé de remarquer qu'il ne touche pas le pseudo "Brutus du Bocage" qui a succédé lui a succéder en Vendée avec responsabilité et dignité-, devient franchement contre-productif au moment où, une fois que l'heure de gloire de Marine sera passée (je rejoins une fois n'est pas coutume la position de Jacques Bompard selon lequel une audience médiatique sans réseaux d'élus locaux ne vaut rien), il faudra bien envisager une "recomposition de la droite" que même l'ancien député européen et président du R.I.F Paul-Marie Couteaux avait appelé de ses voeux dans "le Salon Beige", en notant la montée en puissance de "Droite Populaire" au sein de l'actuelle majorité, qui ne peut que se retourner contre son aile "progressiste" et "européiste" qui limite effectivement le respect par Nicolas Sarkozy des engagements de bon aloi pris depuis 2005 sans que cela en soit la seule raison (comment en effet imaginer qu'une démocratie surendettée ait les moyens d'une politique autonome et que cela ne soit pas pareil avec Marine à supposer qu'elle soit en mesure de parvenir au pouvoir ce qui est évidement illusoire avec une posture "hors système".

 

Les "charognards" et "fouille-la-merde" professionnels qui, au sein de la mouvance et des milieux de la "droite nationale" au sens large, s'acharnent à donner à l'affaire "Guillaume de Villiers" une dimension politique qu'elle n'a pas, se rendent coupables de freîn à la nécessaire recomposition de la droite, laquelle doit se faire "en réseaux", avec une implantation locale et avec des relais dans toutes les structures non "caricaturables" qui affichent d'authentiques idées patriotes et/ou droitières et que l'on n'aille pas me ressortir des "hors sujets" sans intérêt comme la pseudo "collaboration" des élus "droitiers" à la politique "immigrationniste" et "eurmondialiste" qu'ils ont toujours contribué à limiter comme récemment lorsqu'ils ont déposé une proposition de loi visant à restreindre l'Aide Médicale d'Etat aux immigrés irréguliers.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article