JOURNEE DU MOUVEMENT POUR LA FRANCE A VERSAILLES : PATRICK LOUIS DONNE UNE RAISON OPAQUE SUR L'ABSENCE DE PHILIPPE DE VILLIERS

Publié le par CASTELMAURE

 

                      Devant un auditoire plutôt faible et ce, malgré quelques interventions plutôt brillantes comme celles de Béatrice Bourges sur les questions sociales, d'Alexandre Varaut sur la sécurité et de Patrick Louis lui-même sur les questions économiques-l'analyse de la nécessité de la relocalisation des emplois faisant néanmoins l'impasse sur la possibilité d'une "société alternative" mais cela semble normal pour un homme politique", le Mouvement Pour la France a fait la preuve de la survie de ses "réseaux internes" mais aussi de son absence d'ancrage électoral et militant propre.

 

Même si certains mythomanes y voient les effets du ralliement au "comité de liaison de la majorité présidentielle" pour défendre la théorie du "hors système", il faut signaler que, si l'aura de Philippe de Villiers a été exceptionnelle lors de la campagne referendaire de 2005, les résultats des années 90 et encore celui de 2004 étaient bien meilleurs que celui des élections européennes 2009 et surtout de l'élection présidentielle 2007 où la théorie du "hors système" a été appliquée lors d'une campagne longue, accidentelle et sans doute mal dirigée.

On peut donc avoir l'analyse exactement opposée et voir au contraire dans l'effacement actuel du M.P.F. la conséquence de la ligne "hors système" de 2005-2007 mais on peut y voir aussi une forme d'inexistence propre à ce parti, masquée par l'implantation vendéenne, le rassemblement fructueux de la droite souverainiste (voire droitière) aux élections européennes de 1994 et 1999 et la personnalité inédite de Philippe de Villiers, avec son inconstance et son génie.

 

Abrégeant malencontreusement son excellente analyse économique-je viens de dire ce qu'il y manquait- pour évoquer cette question, Patrick Louis a déclaré lui y voir  l'effet de l'absence de Philippe de Villiers due exclusivement selon lui à son problème judiciaire de ménage qui concerne ses deux fils sur lequel je ne me prononcerais sûrement pas mais qui serait exploité comme une épée d'Hamoclès par les media selon le numéro deux du M.P.F. qui a je le rappelle perdu son mandat de député européen il y a plus d'un an.

 

C'est oublier encore une fois l'échec de l'élection présidentielle 2007 car il est vrai que, au lieu de "rebondir" immédiatement sur la ligne qui avait fait son succès aux élections européennes passées-ni dans la droite institiutionnelle ni au dehors-, il avait entamé une éclipse qui l'avait empêché de préparer plus tôt les élections européennes 2009 et cela semblait davantage du aux conséquences psychologiques de cet échec qui traduit un peu l'instabilité affective du personnage qui n'infirme pas son génie propre lorsqu'il ne cherche pas à prendre la place de Jean-Marie Le Pen avec une "islamphobie" maladroite en plus".

Car c'est bien cela, cette volonté de remplacer Jean-Marie Le Pen avec une "islamophobie" maladroite  qui est à l'origine de l'échec de Philippe de Villiers en 2007 avec les conséquences en termes de perte d'aura, pourquoi ne pas le reconnaître de la part de tous, anciens comme nouveaux du M.P.F.?

 

En tout cas, ce n'est pas en quittant la présidence du conseil général de la Vendée, seul bastion qui lui reste de ses brillantes épopées électorales des années 90 qu'il peut espérer rester en course..espérons au moins que ce département emblématique gardera quelque chose de la spectaculaire aventure villiériste malgré la catastropique éviction du sénateur Bruno Retailleau...

 

Même  si Patrick Louis a relativisé le phénomène en donnant une vision conforme du positionnement du M.P.F. et une vision orthodoxe de l'Islam, qui tire parti de la faiblesse de l'Occident, ce qui renvoie à un problème "identitaire" interne et rappelant le rôle de la finance islamique!

Il a en revanche indiqué que le fondateur du Puy-du-Fou reviendrait mais cela me laisse très dubitatif en raison de cette perte d'aura et, surtout, je ne vois pas à quelle échéance pour que ce soit fructueux puisque la "deuxième chance" des européennes a été épuisée en 2009, qu'il n'y aura plus de campagne referendaire sur une thématique européenne et que la concurrence sera rude aux élections présidentielles 2012 avec le risque d'éclatement du Front national, la présence envisagée de Nicolas Dupont-Aignan et l'existence du collectif "Droite Populaire" qui pourrait utiliser intelligemment la déception de l'électorat droitier par rapport au Chef de l'Etat.

 

C'est maintenant au sein de ce dernier, avec des personnalités que Guillaume Peltier lui a fait mépriser comme Thierry Mariani, Jacques Myard, Christian Vanneste, Lionnel Luca que Philippe de Villiers a désormais sa place mais encore faut-il rappeler que la Vendée constitue un électorat "conservateur" plus qu'un électorat "droitier" susceptible de basculer de la droite institutionnelle au  Front national ou l'inverse en fonction des échéances..

 

Ce qui rendait d'ailleurs stupide l'idée d'une Union des Patriotes car Philippe de Villiers n'aurait pas pu ramener son électorat vendéen à Jean-Marie Le Pen alors que l'électorat droitier lui-même hésite en raison de l'inutilité objective de ce dernier.

 

 

Plus que la situation interne du Front national qui, dans le meilleur des scenarii-à savoir la poursuite de la "dédiabolisation" et des alliances avec la droite institutionnelle-n'aboutirait pas avant 2012, la problématique essentielle concernerait  surtout l'avenir immédiat de François Fillon : soit il reste et poursuit une politique de "rigueur", quitte à faire passer la gauche en 2012, soit il part et la droite a une chance de repasser mais le risque de dégradation de la note de la dette de la France risque d'être plus rapide que prévu.

 

La situation de la France et du M.P.F. devra être analysée sous cette aune désormais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article