HOLLANDE VA-T'IL VRAIMENT DISSOUDRE L'ASSEMBLEE NATIONALE? PEUT-ETRE MAIS ENTRE L'ETE 2015 ET L'ETE 2016 ALORS

Publié le par FRANCO-NAVARRAIS

 Déjà vieux-puisque déjà évoqué sous Nicolas Sarkozy-serpent de mer des rumeurs politiciennes, sans parler des interprêtations pour les moins hasardeuses des manifestations de l'année dernières-, l'idée d'une dissolution de l'Assemblée Nationale fait son chemin.

Elle part du principe que, dans l'incapacité économique de redresser la situation sans mesures impopulaires-que celles-ci soient utiles ou le soient moins car passant par la "mise en confiance" des entreprises du CAC 40 acheteuses de titres-, le Président devrait laisser à l'opposition la possibilité de reprendre les affaires en mains afin que, comme dans toutes les périodes de cohabitation, elle soit tenue pour responsable en lieu et place du chef de l'exécutif en titre qui se contenterait alors de "bloquer" quelques nominations et de convoquer la presser de temps en temps pour la laisser dire tout le mal possible de son Premier Ministre qui pourrait être Jean-François Copé, par exemple.

Et si, par miracle-mais on ne sait jamais comment tourneraient les triangulaires avec un Front national actuellement à son apogée, l'Assemblée Nationale restait à gauche, il suffirait de calculer la date de dissolution de manière à ce que...l'eventuel nouveau Président de la République ne dispose pas de majorité parlementaire au cours de ses premiers mois d'exercice ce qui pèserait inéluctablement sur l'issue du scrutin.

Mais cela n'interviendrait alors qu'à l'été 2016 pour contenir cet effet-là!

Du reste, il est délicat-alors que le Sénat va être perdu et que le Parlement européen ne risque pas de rattraper cette perte, chose déjà anticipée-, de "faire perdre" trop tôt leur indemnité parlementaire aux députés de l'actuelle majorité en cas de, malgré tout, probable, défaite.Sans compter que le "chantage à la dissolution" peut constituer un efficace moyen de pression sur ces derniers lorsqu'il s'agira de faire passer quelques réformes indispensables à la survie du système.

Le Parti Socialiste sera-t'il écrasé aux élections régionales? Il pourrait ne pas perdre tant que cela, sait-on jamais et, quant aux élections cantonales, elles ont été "calibrées" tandis que le résultat des élections municipales venant de se dérouler pourraient être transformées en "avantage" pour l'exécutif, dans le sens où, moyennant des négociations avec certains édiles-ce qui implique de conserver le gouvernement et l'Assemblée encore quelque temps, on pourrait en profiter pour baisser les subventions aux collectivités locales faisant ainsi "d'une pierre deux coups".

Et, pour cela, il y a besoin d'un Premier Ministre disposant d'une "majorité" pour prendre cette mesure certes mesquine-mais cela fait partie du jeu" et aussi d'autres mesures éventuellement impopulaires auprès de l'électorat de gauche de qui l'amènerait précisément à jouer sur ce dernier point le rôle d'un Premier Ministre de cohabitation.

Manuel Valls,haï aussi bien par l'aile gauche que par les régionalistes, par les écologistes aussi bien que par la "Manif Pour Tous"-ce qui montre au passage l'inconsistance stratégique de ces derniers- qui par ailleurs n'a pas grand chose à perdre à "jouer ce jeu", incarne idéalement ce chef du gouvernement qui n'a aucune raison de surcroît de "dégager" après le probable revers des élections européennes et le possible revers des élections régionales.

Conclusion : si le Président Hollande dissout l'Assemblée Nationale, ce sera entre l'été 2015 et l'été 2016, le plus tôt permettant certes l'éventualité du "grillage" du Premier Ministre de cohabitation mais le plus tard permettant, outre le maintien d'avantages parlementaires et de la problématique Valls, l'éventualité d'une gêne pour la campagne présidentielle concernant les premiers mois du futur locataire de l'Elysée.

En tout cas, l'annonce d'un probable report des élections régionales-et cantonales-à 2016 va dans ce sens et l'on pourrait ainsi imaginer une dissolution de l'Assemblée...au printemps 2016! Entre-temps, la dotation aux collectivités locales aura été suffisement baissée pour inciter l'UMP à reprendre les affaires précipitemment...

Commenter cet article

Leolelor 15/05/2014 21:16

Début 2015, je pense...
http://hiver-fiscal.com/la-date-de-la-prochaine-dissolution-de-lassemblee-nationale/