CONDAMNATION A PRISON FERME DE L'ELUE EX-FRONTISTE: UNE ENTENTE ENTRE CERTAINES FRACTIONS DE L'"EXTREME-DROITE" ET LE SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE

Publié le par FRANCO-NAVARRAIS

Florian Philipot a beau jeu de le rappeler en semblant dénier, devant l'incisive Appoline de Malherbe, que ses accusations à l'encontre de la magistrature et de son fonctionnement partial sont précisément les mêmes que l'ancien président de la  République! Et qu'elles sont évidemment totalement justifiées, comme nous en avons les moyens de le constater depuis deux ans et l'impression de totale impunité qui apparait concernant le Syndicat gauchiste, auteur du scandaleux "Mur des cons". L'indépendance de la justice n'est donc qu'un mythe, la question serait plutôt de savoir si elle pourrait n'être qu'autre chose qu'un mythe dans le contexte délétère d'une Vème République en voie de décomposition.

 

 Sur le fonds, en revanche, nous ne pouvons que l'approuver lorsqu'il fait remarquer que les propos-ou l'attitude scandaleuse-j'ajouterais débile politiquement-de l'élue concernée ne méritent évidemment pas une peine si lourde surtout lorsque celle-ci se révèle en pratique plus lourde que nombre de délits ou de crimes "objectifs" parfois ignobles, en partie d'ailleurs suite à la très funeste influence du Syndicat de la Magistrature!

 

 

Il reste que, comme le dit l'adage policier, il s'agit maintenant de rechercher à qui le "crime"-ici le crime contre l'indépendance de la justice liée théoriquement au principe de la "séparation des pouvoirs"-profite:

or, on sait la propension qu'ont certains funeste idéologues de l'"extrême-droite" tels Laurent  Ozon (pourtant à l'origine de propositions crédibles sur la "remigration")  à s'acharner à vouloir "racialiser" les rapports humains sous le juste prétexte d'une immigration de masse devenue incontrôlable (en l'état actuel du système de redistribution sociale et du système européen, faut-il le préciser mais ce sont deux autres problèmes). Si absurde cela soit tant du point de vue de l'applicabilité politique (ne serait d'ailleurs-il pas plus stratégique de s'allier avec une partie des alloggènes contre les autres) que du point de vue "communautaire" en période d'effondrement économique (dans ce cas, ce sont les solidarités culturelles ou territorialisées qui priment), cette volonté de "racialisation" comporte une fin qui est celle de décrédibiliser totalement le Front national ou, du moins, de le pousser à adopter cette position non-crédible dont seul, je le crains, le "jacobinisme" de Florian Philippot le préserve, en témoigne encore son anti-régionalisme aussi absurde.

 

Il est donc permis à ce stade de penser que les "racialistes" "d'extrême-droite" ont passé un pacte avec les idéologues "anti-racistes" qui sont aux mains de la justice quitte pour cela à "manipuler" une pauvre candidate frontiste sans cervelle (conjonction de la parité et de l'absence de discours crédible d'un parti) en prison dans les geolles pourtant surchargées (lorsqu'il s'agit de ne pas y envoyer les vrais crimminels) de l'ignoble Taubira!

 

Commenter cet article