CE QUE LE GOUVERNEMENT DEVRAIT FAIRE EN CONTOURNANT LE SENAT ET EN RETABLISSANT UN CERTAIN PROTECTIONNISME SANS FAIRE N'IMPORTE QUOI

Publié le par CASTELMAURE

 

Il semble que Nicolas Sarkozy mise toute sa réellection sur la survie de la zone euro, plus d'ailleurs que sur le maintien d'un "AAA" semble-t'il déjà perdu d'avance et de façon à ce que la chose soit "anticipée" par les investisseurs.

Pourtant, on l'a entendu tout récemment défendre le "made in France" et il faut s'en féliciter car, mieux que les questions de sécurité ou les problématiques sociétales, c'est ce qui conditionne le reste en raison de l'impact direct qu'une certaine relocalisation des emplois aurait sur les finances publiques!

 

Sauf à restreindre drastiquement les allocations familiales et autres prestations, ce qui ne serait pas absurde mais provoquerait un peu de "casse" dans les banlieues, il est vain d'espérer une amélioration des dispositifs de sécurité publique tout en faisant les économies budgétaires imposées par les circonstances (je reste mesuré sur l'emploi des forces armées dans la lutte contre l'insécurité "en temps normal" sachant que, dans ce domaine comme dans d'autres, tout est réglementé ou plutôt légiféré).

C'est pourtant ce qu'espère Marine Le Pen qui, n'ayant pour le coup comme son père jamais été aux responsabilités-sans doute en grande partie à cause de ce dernier- semble négliger que la nécessaire lutte contre l'insécurité publique- même s'il est indiscutable que le gouvernement Fillon a gravement failli dans cette "promesse électorale" ce qui pose moins la question de sa volonté que celle du fonctionnement judiciaire- dont le programme en termes d'insécurité ressemble un peu à des "déclarations d'intentions" car, sauf à augmenter le budget de la mission sur la sécurité intérieure, on voit mal comment elle s'y prendrait en pratique sans faire des économies ailleurs.

 

Pourtant, elle a parfaitement compris le rôle néfaste de l'euro sur l'état actuel de nos finances publiques, si bien d'ailleurs que sa seule solution réside-c'est le jusqu'au-boutisme de ceux qui ont de fortes certitudes- dans la "sortie de l'euro", chose à quoi il fût aisé à certains ténors de la majorité de répondre que cela augmenterait le fardeau de la dette publique-et donc la capacité à emprunter ce qui est gênant lorsque l'on prône un "Etat fort" et aussi, que cela renchérirait le coût des produits importés ce qui pèserait sur la consommation et ce...

inutilement car ce type de mesure ne servirait pas en soi à la production locale contrairement à la mesure que je prône moi qui est une taxation des produits en pratique d'importation sur des critères écologiques et affectée directement à des emplois bien localisés dans le secteur du "développement durable".

 

Cela étant, il est plus que temps pour la majorité de s'y mettre sérieusement, suivant en cela les préconisations de "la Droite Populaire" au lieu de tout miser sur les mécanismes de soutien européen dont le principal intérêt disparaîtra lorsque la France aura elle aussi perdu son "AAA", ce qui par ailleurs montrerait surtout que les financiers "ont grugé" Sarkozy.

 

Et pour s'y mettre sérieusement que ce soit en terme de protection des emplois que de sécurité, il ne faut pas tirer prétexte de la victoire de la gauche au Sénat,-conséquence d'un soutien moindre aux campagnes et petits élus locaux qu'au secteur financier et tout à l'avenant- mais, étant donnée l'urgence, de contourner celui-ci au besoin par le recours au "vote bloqué" notamment dans les domaines des mesures visant à punir plus sévèrement les délinquants et notamment les délinquants d'origine étrangère.

Concernant la protection des emplois, il est vrai qu'il peut être utile de compter sur la collaboration du Sénat et de ridiculiser ainsi une gauche qui, en défendant le "pouvoir d'achat, contribuera à continuer l'augmentation des délocalisations.

 

Commenter cet article