LES REPUBLICAINS SE DIVISENT ENTRE LES "CONSTRUCTIFS" ET CEUX QUI VEULENT INCARNER L'OPPOSITION (NONOBSTANT LA FRANCE INSOUMISE QUI DISPOSE DE L'ARME DE LA GREVE), JUSQU'OU?

Publié le par CASTELMAURE

 

Figure de proue du groupe pro-gouvernement les Constructifs, Thierry Solère risque d'être exclu de LR, dont il pourrait pourtant briguer la présidence !

Fondateur du groupe dissident des Républicains au sein de l'Assemblée nationale, baptisé les Constructifs, le député LR des Hauts-de-Seine, Thierry Solère, pourrait être exclu cette semaine de son parti d'origine.

 

Vous avez voté la confiance au discours de politique générale d'Edouard Philippe, avec qui vous êtes très ami. Pourquoi ne pas admettre que vous n'êtes plus un élu de l'opposition, mais un allié de la majorité ?
Thierry Solère.
Je ne me reconnais pas dans ce vieux monde politique qui classe les élus comme des machines à voter qui votent toujours pour tout ou toujours contre tout. Ce même vieux système qui voit s'alterner la gauche et la droite depuis trente-cinq ans et qui nous a amenés à un chômage de masse, à un Etat inefficace et des impôts souvent confiscatoires pour les Français. Je ne me sens donc ni dans la majorité ni dans l'opposition. Seulement un homme de droite qui veut en finir avec les postures partisanes et qui ne donne pas pour autant un chèque en blanc au gouvernement.

 

Votre élection à la questure de l'Assemblée, poste traditionnellement attribué à l'opposition, a fait bondir les élus LR «canal historique», qui dénoncent un «déni de démocratie»...
Cela me fait franchement sourire ! J'ai proposé ma candidature pour que cette questure soit ouverte à l'ensemble des groupes minoritaires de l'Assemblée nationale, et pas seulement confisquée par un seul groupe, celui de LR. Où est le problème ? Ceux qui parlent de déni de démocratie feraient bien de réfléchir à l'absurdité de leurs propos : lorsqu'il y a un vote par scrutin public de chaque député, comme ça a été le cas pour la questure, je ne vois pas ce qu'il peut y avoir de plus démocratique.

Commenter cet article