COMME SARKOZY SUR LA "TVA SOCIALE", LE FRONT NATIONAL FAIT SUR LA "SORTIE DE L'EURO" L'EXACT INVERSE DE CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE : EN PARLER PENDANT LA CAMPAGNE ET NE PLUS EN PARLER APRES, AU MOMENT OU L'ON A BESOIN D'UN DISCOURS CREDIBLE PLUS QUE D'UN DISCOURS MENAGEANT LES INQUIETUDES

Publié le par CASTELMAURE

Le Front national s'essaie à la synthèse. Réuni vendredi et samedi à Nanterre pour un séminaire de « refondation », la formation d'extrême droite n'a pas renoncé à la promesse de sortie de l'euro, sur laquelle repose - de l'aveu même de Marine Le Pen - l'essentiel de son programme. Mais il l'a placé au second plan. Actant le caractère repoussoir de la mesure, qui suscite des « inquiétudes » chez une majorité de Français, les dirigeants frontistes l'ont renvoyé à une éventuelle fin de quinquennat. « Afin de se donner le temps nécessaire », ont-ils plaidé dans un court communiqué, alors que la présidente du parti avait promis, pendant la campagne, d'organiser un référendum sur le sujet dans les six premiers mois de son mandat. La priorité du Front national est plus que jamais donnée à « la souveraineté territoriale », à savoir « la maîtrise de nos frontières migratoires et commerciales ».

Les adhérents consultés

Ce faisant, Marine Le Pen tente de ménager la chèvre et le chou pour éviter une scission. L'échec cinglant du FN au second tour de la présidentielle a ravivé les tensions, en interne, entre ceux qui veulent « abandonner » le thème anxiogène de la sortie de l'euro et ceux qui refusent « un retour en arrière où on ne parlerait que de l'immigration, de l'insécurité et de l'islamisme ». Le numéro deux du parti, Florian Philippot, a notamment menacé de démissionner en cas de renoncement à la fin de la monnaie unique


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/030460579079-le-fn-met-la-sortie-de-leuro-au-second-plan-2103761.php#G8LsRXIvhQUGLIks.99

Commenter cet article