SI LOUIS ALIOT REUSSIT A CONSTITUER UN GROUPE AVEC NICOLAS DUPONT-AIGNAN (AVEC OU SANS MARINE LE PEN), IL Y AURA LIEU DE S'EN REJOUIR

Publié le par CASTELMAURE

Louis Aliot tend déjà la main à Dupont-Aignan, à LR et aux non-inscrits pour créer un groupe à l'Assemblée

 

Publié à 07h52, le 19 juin 2017 , Modifié à 09h50, le 19 juin 2017

  •  
Louis Aliot tend déjà la main à Dupont-Aignan, à LR et aux non-inscrits pour créer un groupe à l'Assemblée
Louis Aliot © AFP
Image Sylvain Chazot

Sylvain Chazot

sylvain.chazot@europe1.fr
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Front national compte désormais 8 députés à l'Assemblée nationale. Un chiffre en nette progression par rapport à 2012 puisque, lors de la dernière législature, le parti d'extrême droite ne comptait que Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen sur les bancs du palais Bourbon. C'est mieux mais c'est toujours insuffisant pour former un groupe à la chambre basse. Il faut, pour cela, au moins 15 élus et force est de constater que le FN en est encore loin.

S'il veut pouvoir monter un groupe à l'Assemblée nationale, le parti de Marine Le Pen doit donc s'allier avec d'autres élus et l'on sait que ce genre de pratique n'est pas trop son fort. Mieux vaut donc commencer tôt. Dès ce lundi 19 juin, sur RTL, Louis Aliot, qui fait parti des heureux élus au palais Bourbon, tend la main à ceux qui voudraient s'allier avec les frontistes. Il dit :

C'est un outil pour encore mieux s'opposer mais d'ici-là, sait-on jamais, peut-être qu'un groupe se formera, je n'en sais rien, je ne suis pas encore arrivé à Paris pour regarder ça. […] J'ai vu que monsieur Dupont-Aignan est élu. J'ai vu qu'il y avait je ne sais pas combien de députés indépendants. Je ne les connais pas, je ne sais pas qui ils sont mais on verra comment tout ça se passe.
 

Et lorsqu'Yves Calvi demande si le FN est prêt à s'allier avec des députés Les Républicains ou Divers droite, la réponse du vice-président frontiste est sans appel :

Bien sûr. Bien sûr. Tous ceux qui le désireront.
 

Et Louis Aliot d'évoquer son cas particulier, sa circonscription des Pyrénées-Orientales dans laquelle il avait "lancé un appel aux électeurs et aux élus de la droite républicaine". "Je pense que j'ai été en partie entendu", ajoute-t-il, espérant pouvoir développer ce genre d'initiatives.

Le cordon sanitaire entre la droite et l'extrême droite pourrait encore en prendre un coup…

Commenter cet article