LA STRATEGIE DE RESEAUX ORGANISANT LE OU LES ELECTORATS DROITIER(S) N'A PAS ETE MISE EN PLACE A TEMPS : IL EST DESORMAIS TROP TARD

Publié le par CASTELMAURE

Certes, en dehors de la "République En Marche", cette défaite est la défaite de tout le monde et l'on peut se réjouir aussi bien de l'"exit" des ténors du PS que des personnalités aussi nuisibles pour la droite que la très effrontée "NKM". On pourrait aussi à la rigueur se réjouir aussi de ce renouvellement inédit de la partie la plus substantielle de la "classe politique" que constituent les députés, de la fin des privilèges exorbitants de toute une génération (enfin, ils auront encore la retraite) et de l'accession au mandat parlementaire de personnes issues de la "société civile" (encore que remplacer des cadres administratifs et des enseignants ayant eux-même remplacé les anciens notables par des "bo-bo" n'est pas le meilleur moyen d'améliorer une représentation nationale effectivement bien malade d'où l'escroquerie que consitue le faux néophyte mais vrai ancien cadre administratif-banquier d'affaires-secrétaire général adjoint de l'Elysée puis ministre de l'Economie et en tout cas "ami" des grandes chaînes médiatiques et des grandes institutions financières mondiales mais passons!).

Toujours qu'il y a quelques années, je défendais dans ces lignes l'idée d'un "travail de réseaux" aboutissant à une ou des organisations informelles d'élus incarnant une sensibilité "droitière" ni socialiste (y compris dans sa version "jacobinisante") ni mondialiste. Or, tandis que les faux partisans de Marion Maréchal Le Pen se focalisaient sur le programme de recouvrement de la souveraineté monétaire et (ce qui est totalement paradoxal d'un point de vue technique) sur l'"abandon" (cela mériterait un article à lui tout seul) des questions "identitaires" et l'empêchaient ainsi de tisser des liens, tout en gardant des positions sociétales fermes, avec tous ces élus affiliés ou non aux "Républicains" et incarnant ainsi ces différents réseaux potentiels, une Marine Le Pen auto-ridiculisée par son débat de l'entre-deux-tours songeait avant tout à elle dans la "droite ligne" (eh oui, sur ce point) de son père! Et cela a finalement fonctionné puisqu'elle devrait être élue dimanche prochain députée du Pas-de-Calais et peut-être même (un exploit que son père lui-même n'a jamais réussi à finaliser, bien meilleur qu'il était à faire échouer ses concurrents potentiels internes qu'à se faire élire lui-même) la seule députée frontiste.

Hélas, pendant ce temps, un Nicolas Dupont-Aignan qui ne pouvait prévoir le calamiteux débat en question (et qui aurait bien pu "neutraliser" un Florian Philippot bien nuisible dans sa ligne jacobinisante autant que dans sa stratégie de réseaux d'infiltration par ses "proches"  mais malgré tout crédible sur la question de la sortie de l'euro) est aujourd'hui à la peine et pourrait bien perdre le mandat de député qui aurait fait de lui l'aiguillon d'une droite recomposée. Et ce n'est pas tout puisque, membres ou non des "Républicains", les députés sortants incarnant un certain "conservatisme" (Jean-Frédéric Poisson) ou un certain souverainisme (Jacques Myard) sont en difficulté tandis que le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca ou la députée de la Vendée Véronique Besse (le triomphe "En Marche" dans les terres de l'Ouest ne manque pas d'interroger) ne se représentaient pas.

Et ne parlons pas de ceux qui incarnent la "dissidence frontiste à droite" incarnant davantage d'ailleurs l'aile "traditionnaliste" que l'aile "identitaire moderne" ( exemple : Civitas, S.I.EL, P.D.F.) aux  résultats évidemment anecdotiques comme tous ceux qui ont voulu "concurrencer Le Pen sur sa droite" et auxquels on pourrait agréger celui qui a constitué pendant longtemps le seul espoir de ces derniers avant l'émergence de Marion Maréchal : le maire d'Orange Jacques Bompard a priori en difficulté si l'on oublie que, contrairement à ses partisans encombrants, ce dernier peut bénéficier en principe du "report des voix" FN et LR. Et l'on ne l'entend plus sur tous les sujets maintenant...

Si le siphonage de l'électorat droitier strict" parait moins net mais réel (ses représentants frontistes ou "républicains" auront à affronter le report des voix de la gauche qui pourraient contrebalancer l'implantation locale ses seconds), il est colossal sur les terres de l'Ouest assez "traditionnelles" d'un point de vue social qui, dans certaines d'entre elles, avaient été maintenues "à droite" par quelques personnalités enracinées et en phase comme l'ancien homme politique Philippe de Villiers mais qui, comme elles ont cru en Fillon pour la "primaire de la droite et du centre", ont  cru aussi en Macron  comme l'incarnateur du "renouveau de la classe politique" et, souffrant moins des crises économiques, sociale et "sociétale" que les friches industrielles...Excusons leur défaut d'information mais excusons moins les "zones" relevant traditionnellement de la "droite modérée" pour raisons sociologiques évidentes comme l'Ouest francilien (à Versailles, l'icône conservateur François-Xavier Bellamy pourrait bien ne pas être élu, certes plombé par le maire ayant stupidement appelé à voter Macron comme d'autres électeurs conservateurs s'imaginant qu'il n'aurait pas sa majorité), il n'y a pas si longtemps bastions de la "Manif Pour Tous" dont ont malgré tout émané quelques réseaux intéressants comme les Veilleurs. Mais même la sociologie des "bourgeois franciliens" de "LMPT"  a subi la "bo-boisation" et il était évident que cela finirait par se voir électoralement et c'est pourquoi, malgré leur apport culturel devenu très théorique (étant donné sa "privatisation" excluant de penser "global" au niveau politique comme le faisaient les anciens notables), ce n'est pas sur cet électorat-là qu'il fallait miser.

Quoiqu'il en soit, le seul espoir désormais repose sur...les prochaines municipales. Ou les échec d'une majorité plus que jamais inféodées et aux réformes parfois nécessaires bloquées par...l'extrême-gauche syndicale? Si oui, faut-il le souhaiter? La réponse est trop complexe pour l'instant...

 

 

 

Commenter cet article